Données de l'application dans l'assurance: Admiral et Facebook

Publié Mis à jour
Cover image for: Données de l'application dans l'assurance: Admiral et Facebook

Hier a commencé avec l'annonce de la décision de la compagnie d'assurance britannique Admiral d'améliorer ses tarifs d'assurance en utilisant les données des applications collectées sur la plate-forme Facebook. The Guardian a publié un article soulignant certains des risques apparents liés à l'utilisation de ces données. Moins de trois heures après le lancement du service, Facebook avait et bloqué le stratagème .

Malgré l'attention que cela a attiré, la discussion qui s'ensuit est souvent mal structurée. Il existe de nombreuses données précieuses que Facebook détient sur des personnes, et il est clair que ces informations doivent être protégées et utilisées uniquement avec transparence et autorisation. Mais au lieu que cela concerne le fait que l'amiral conspire pour tirer parti des données de l'utilisateur - et que Facebook défend ses droits -, les faits sont différents. Le principe en question ici n'est pas de savoir si une compagnie d'assurance peut utiliser ces données, mais que ce soit des particuliers ou Facebook qui peuvent contrôler la manière dont leurs propres données sont utilisées.

Comme Julia Powles l’a écrit l’année dernière dans le Guardian:

La vie privée consiste à avoir un pouvoir décisionnel, un contrôle sur lequel sont divulgués les actes et les événements de notre vie et à qui, à l'abri des regards indiscrets des États, des entreprises et de leurs voisins. La vie privée nous offre la liberté de nous développer dans le monde.

Les utilisateurs ont collecté leurs informations de manière furtive et incrémentielle au fil des ans, souvent de manière peu claire. « Faites-nous confiance », a déclaré le fondateur, Mark Zuckerberg. Dans ce cas, un tiers tente d'innover et demande aux utilisateurs s'ils partageront avec plaisir les données collectées par Facebook. La position de Facebook ne protège pas la vie privée des utilisateurs, mais freine l'innovation et garantit qu'ils sont la seule entreprise à utiliser les données d'un individu pour la fourniture de services. Après tout, Facebook a déjà son propre brevet sur l'utilisation de ces données pour évaluer la solvabilité des utilisateurs et explore de plus en plus d'autres moyens de monétiser les données personnelles lorsque les revenus publicitaires diminuent .

En souhaitant déployer ce service, Admiral cherche à innover de manière à avantager les consommateurs. Ils ne proposaient pas de collecter des données sans la permission de l'utilisateur: il était demandé aux utilisateurs s'ils autoriseraient ou non leurs données à être analysées pour tirer parti du service. Les défenseurs de la vie privée décrient la collecte de ces données, mais celle-ci a déjà été collectée par Facebook, une entreprise qui s'est battue pour la mise en place d'une approche robuste et cohérente de la confidentialité des données.

Il existe de nombreuses utilisations positives pour lesquelles de telles données peuvent être utilisées. Protéger les familles , rendre les produits d’assurance accessibles , aider au diagnostic proactif et détecter les biais discriminants . Dans un monde où les utilisateurs installent des bloqueurs de publicité pour empêcher la saisie de leurs données sans transparence ni récompense, la décision de l'amiral de demander l'autorisation et d'offrir un avantage en conséquence semble être un pas en avant sain. Comme l'a déclaré le bureau du commissaire à l'information du Royaume-Uni:

La loi dit que l'utilisation des informations personnelles doit être juste. Un élément clé de cette équité consiste à s'assurer que les gens sont informés de la manière dont leurs données seront collectées et utilisées.

Quatre grandes sociétés de technologie américaines - Alphabet, Amazon, Facebook et Microsoft - capturent et exploitent de plus en plus des données sur des particuliers dans le monde entier. Ceux qui se positionnent contre des systèmes tels que celui proposé par l'amiral ne s'opposent pas vraiment à Facebook qui partage ces données avec le consentement de l'utilisateur: ils s'opposent aux entreprises de haute technologie qui collectent ces données. Pourtant, en critiquant les projets de l'amiral, ils aident Facebook à renforcer son emprise sur les données des consommateurs dans un monde où une quantité disproportionnée de données et de pouvoir est entre les mains de quelques-uns . Devrait-il s’agir uniquement de sociétés technologiques indissociables exploitant des plateformes et pouvant créer de la valeur avec ces données?

La mission de Reincubate de fournir un accès aux données de ces plateformes d'applications et de ces écosystèmes est d'aider les gens à les utiliser de manière ouverte et positive. Il est préférable que ces données soient utilisées de manière transparente et avec consentement , dans le cadre d'une discussion éclairée sur la valeur de ces données, et que la valeur de ces données soit partagée et contrôlée par les personnes qui l'ont créée.

A propos de l'auteur

Aidan Fitzpatrick a fondé Reincubate en 2008 après avoir construit le premier outil de récupération de données pour iPhone au monde, iPhone Backup Extractor. Il a parlé de l'esprit d'entreprise chez Google et est diplômé de la Leadership Academy de la Entrepreneurs 'Organisation.

PDG de Reincubate au Buckingham Palace

Les photos ci-dessus illustrent les membres de l'équipe de Reincubate réunis au Buckingham Palace avec Sa Majesté la reine Elizabeth, après avoir reçu le prix le plus prestigieux du Royaume-Uni pour leur travail avec la technologie Apple. Lisez notre position sur la vie privée, la sécurité et la sûreté .

Pouvons-nous améliorer cet article?

Nous aimons entendre les utilisateurs: pourquoi ne pas nous envoyer un email, laisser un commentaire ou tweet @reincubate?

© 2008 - 2019 Reincubate Ltd. Tous droits réservés. Enregistré en Angleterre et au Pays de Galles #5189175, VAT GB151788978. Reincubate® est une marque déposée. Confidentialité et modalités. Nous recommandons l'authentification multi-facteurs. Construit avec à Londres.